Edit lead

A
D
Y
V
S
N
E
M
X
Z
Z
U
T
L
U
D
E
R
V
U
F
O
F
M
R
J
U
D
I
G
I
T
A
L
É
o
N
U
M
E
G
V
C
L
E
Z
Q
W
Z
-
H
U
M
A
N
I
T
I
E
S
E
S
E
Y
D
i
g
i
t
a
l
e
s
8
9
0
)
K
B
F
T
e
x
t
u
a
l
i
t
i
e
s
Z
Q
Z
Q
S
D
F
G
H
J
K
L
M
%
A
D
Y
V
S
N
E
M
X
Z
Z
U
P
X
T
J
U
Q
P
X
T
J
U
Q
J
V
Q
N
G
G
M
H
O
F
P
B
T
L
S
C
A
N
A
D
A
B
M
J
S
C
M
M
D
S
V
U
M
-
R
E
S
E
A
R
C
H
X
Z
K
Y
B
Z
N
M
B
X
V
E
C
H
A
I
R
P
X
T
J
U
Q
P
X
T
J
U
Q
X
Z
E
J
B
S
B
N
B
Y
R
J
L
D
P

Upcoming events

/en

Add an article

Jean-Marc Larrue, « Les Créations Scéniques de Louis-Honoré Fréchette: Juin 1880 », Theatre Research in Canada / Recherches théâtrales au Canada, vol. 7 / 2, 1986.

Description détaillée de la mise en scène de deuxpièces de L.-H. Fréchette représentées à Montréal en 1880. L'auteur souligne les qualités spectaculaires de ces pièces, visiblement influencéespar les techniques deproduction new-yorkais de l'époque. A detailed description of the staging of two plays by L.H. Fréchette in Montréal in 1880. The author empbasizes the spectacular quality of these productions, visibly influenced by technical methods then current in New York.

Jean-Marc Larrue, « Les débuts de la critique dramatique au Québec (1870-1896) : un contexte difficile », Jeu, 1986, p. 111‑121.

Perçue comme organisation institutionnelle, l'activité théâtrale peut être divisée en quatre grands secteurs (ou instances): la production, la distribution, la consommation et la légitimation. À l'intérieur de chacun de ces secteurs, différents agents assument des fonctions précises et complémentaires : interpréter, écrire, produire, distribuer, regarder, juger, etc. Dans ce partage des responsabilités et des pouvoirs, la critique joue un rôle complexe dont l'importance et la pertinence varient selon les époques et les lieux. [...]

Jean-Marc Larrue, « Le splendide délire d’un soliloque à vingt voix », Jeu, 1986, p. 98‑99.

Quelque part dans un désert, Michaela, une cantatrice italienne, est ficelée sur une voie ferrée où vont bientôt se télescoper deux trains lancés à pleine vitesse. Les train sont expérimentaux et militaires, évidemment. On présume que le premier, Santa Claus, vient de l'Ouest puisqu'il est anglophone et que l'autre, Staline, vient de l'Est. Staline parle russe, comme il se doit. Les deux convois roulent avec la même conviction aveugle et suicidaire. [...]

Jean-Marc Larrue, « “Le cyclope” », Jeu, 1985, p. 158‑159.

Heureuse idée que de présenter une oeuvre d'Euripide (480 à 406 avant J.-C). Les cinéastes (Jules Dassin avec Médée et Cacoyannis avec les Troyennes et Iphigénie) avaient bien découvert le filon, mais les gens de théâtre l'avaient, paradoxalement, oublié. Cela se comprend. Les pièces d'Euripide souffrent mal des traductions lyricouniversitaires. Il fallait, pour remettre Euripide à jour et lui rendre sa verdeur, une personne vouée au théâtre et rompue au jeu. [...]

Jean-Marc Larrue, « L’organisation du théâtre à Montréal de 1880 à 1883 : trois année cruciales », L’Annuaire théâtral, 1985, p. 139‑180.

Lorsque débute la saison 1880-1881, Montréal compte 140 000 habitants, majoritairement francophones. Elle a pourtant déjà cet aspect cosmopolite des grandes villes nord-américaines avec ses quartiers ethniques, ses zones réservées, ses rues marchandes et sa place financière. [...]

Jean-Marc Larrue, « “Theatre in French Canada: Laying the Foundations 1606-1867” », Jeu, 1985, p. 202‑204.

« Theatre in French Canada: Laying the Foundations 1606-1867 » nous est présenté comme «a history of theatre», mais c'est en réalité une histoire du théâtre écrit que nous propose l'auteur. Doucette, en effet, concentre son étude sur les oeuvres écrites au Canada (par des Canadiens ou par des étrangers, résidants et immigrants) dont le texte, original ou réédité, est encore disponible. [...]

Jean-Marc Larrue, Voilà la régate : livre d’initiation à la régate, Montréal, BLaroche pour la Fédération, 1984, 119 p.

Jean-Marc Larrue, « Montréal à la belle époque », Jeu, 1983, p. 5‑26.

Entre 1898 et 1914, Montréal constitue un centre d'activité dramatique tout à fait exceptionnel. Tant par la qualité des pièces que par le nombre de spectacles offerts, Montréal ne diffère guère des autres one week stands d'Amérique du Nord tels que Toronto, Cincinnati, Pittsburgh, Washington, etc. Mais, c'est en sa qualité de ville bilingue qu'elle acquiert une personnalité théâtrale particulière. [...]

Jack Goody, La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage., Les Editions de Minuit, 1979, 272 p., (« Le sens commun »).

À partir de recherches entreprises “ sur le terrain ” pour comprendre le fonctionnement de sociétés du Nord du Ghana, le professeur Jack Goody qui enseigne actuellement l’anthropologie sociale à l’université de Cambridge, se demande si l’on peut parler d’une spécificité de la pensée écrite. À l’encontre de la tradition qui considère généralement la parole comme le lieu de la vérité, Jack Goody se demande comment la linguistique – la science du langage parlé – peut exister sans l’écriture, étant entendu qu’écrire ce n’est pas seulement noter la parole mais aussi en découper et en abstraire les éléments. Reprenant ainsi les analyses de Jacques Dérida dans De la grammatologie, l’auteur montre que la langue parlée est déjà une écriture dans la mesure où elle nécessite un ton, une ponctuation – ce qui le conduit à soutenir que la parole dans son contenu comme dans son statut marque toujours des références multiples à l’écrit. Il étudie ensuite, à partir d’exemples empruntés à Durkheim et à Mauss, mais aussi à Griaule et à Needham, les transformations que l’on fait subir à la parole et plus généralement à toute information par la transcription écrite sous la forme de tableau de correspondances entre parties du monde, parties du corps etc., ce qui a conduit toute une tradition ethnologique, dont le mouvement structuraliste et notamment Lévi-Strauss, à supposer que la pensée sauvage obéit à des contraintes logiques qui sont en fait, en grande partie, le produit de techniques de transmission et de transcription de la pensée. Prendre conscience que le savoir écrit des sociétés sans écriture, cela ne va pas de soi, c’est ce que montre Jack Goody : parce qu’ils se posent peu la question, les ethnologues, pour connaître la pensée sauvage, commencent souvent par la domestiquer. ‑‑‑‑‑ Table des matières ‑‑‑‑‑ Avant-propos – Préface – 1. Évolution et communication – 2. Des intellectuels dans les sociétés sans écriture – 3. Écriture, esprit critique et progrès de la connaissance – 4. Écriture et classification ou l’art de jouer sur les tableaux – 5. Qui contient une liste – 6. Selon la formule – 7. Recette, prescription, expérimentation – 8. Retour au grand partage

Log in