Edit lead

We are living in a digital world, a world that is produced by writing. We derive our identity from writing – from personal profiles, data entered into databases, lines of code. Every one of our actions is in some way based upon writing, from clicking to buying a book or planning a trip. The objects surrounding us are the results of processes of writing. The Canada Research Chair on Digital Textualities offers new interpretation and insight on the writing that has become part of our world. This website provides further information about the Chair's projects, member publications, and theoretical concepts used in research.

/en

Publications

Add an article

Michael E. Sinatra, « Shelley’s Editing Process in the Preface to Epipsychidion », The Keats-Shelley Review, vol. 11 / 1, 1997, p. 167‑181.

Prefaces are often disregarded by readers who, more often than not, start without taking time to peruse them first. Sir Walter Scott knew this perfectly well, and he wrote about it, very wittily, in 'A PostScript Which Should Have Been a Preface', the last chapter of his novel Waverley written in 1814: 'most novel readers, as my own conscience reminds me, are apt to be guilty of the sin of omission respecting the same matter of prefaces' . Scott refers to novel readers but poetry readers are also 'guilty of the sin of omission', maybe even more so in so far as they may wish, understandably enough, to read only poetry and not a prose introduction. Many critics include prefaces in their analysis, but most of the time only as a means of interpreting the work they precede. Thus critics limit the role of prefaces simply to introductory materials and exclude any other potential interpretation. It is sometimes forgotten that the very presence or absence of a preface is already pregnant with meaning. [...]

Josette Féral et Jean-Marc Larrue, « Présentation. Le regard du spectateur : de la voix du corps au corps de la voix », L’Annuaire théâtral, 1995, p. 9‑13.

En juin 1995 se tenait à Montréal le congrès de la FIRT (Fédération internationale pour, la recherche théâtrale) sur l'acteur/l'actrice en scène : corps/jeu/voix. Ce congrès dont nous étions les organisateurs a donné lieu à quinze (15) conférences, cent cinquante (150) communications réparties en séances thématiques et groupes de travail. Le sujet a suscité un immense intérêt dont font foi les discussions et le nombre élevé de participants (500). Une fois le Congrès passé, nous avons eu le désir de poursuivre le travail entrepris en publiant un certain nombre d'interventions sur des sujets spécifiques. C'est ainsi que nous avons envisagé la parution de livres et de numéros spéciaux de revues, entre autres sur la formation de l'acteur, les théories du jeu, Tinterculturalisme, le corps théâtral et le regard du spectateur.

Jean-Marc Larrue, « Le cinéma des premiers temps à Montréal et l’institution du théâtre », Cinémas, vol. 6 / 1, 1995, p. 119‑131.

Cet article propose un tableau précis des liens étroits qui unirent le cinéma des premiers temps à l’institution théâtrale montréalaise existante. À cette époque, le cinéma joue un rôle central dans les stratégies d’émergence du théâtre francophone qui s’éloigne alors du théâtre anglophone, son rival issu de la ville de New York, tout autant qu’il joue un rôle d’attrait dans un contexte de vive concurrence. Non seulement cela donne-t-il lieu à des scènes mixtes (théâtrales et cinématographiques), mais également à une interprétation plus profonde de deux arts qui aboutit aux premières manifestations d’un cinéma-théâtre québécois.

Jean-Marc Larrue, « Les paradoxes du lieu », L’Annuaire théâtral, 1995, p. 9‑16.

Si le lieu a toujours occupé une place capitale dans la pratique théâtrale, l'intérêt des chercheurs à son endroit s'est manifesté bien tardivement. Les premières réflexions marquantes sur le sujet datent de la Renaissance italienne. [...]

Jean-Marc Larrue, « L’image dans tous ses états », Tangence, 1994, p. 7‑19.

Les années quatre-vingt-dix auront donc été celles de l'image. De l'ouvrage richement illustré de Lorraine Camerlain et Diane Pavlovic, sur cent ans de théâtre québécois, aux expositions scénographiques de Mario Bouchard et de l'APASQ, en passant par les numéros de revues spécialisées consacrés à la scénographie et jusqu'à la présente publication, on n'arrête pas de redécouvrir l'image au théâtre, dans ce qu'elle est - un ensemble de signes scéniques - comme dans sa conjoncture.

Jean-Marc Larrue, « Sur les scènes montréalaises », Cap-aux-Diamants, 1993, p. 32‑37.

Si le théâtre québécois est né avec Michel Tremblay et s'est émancipé avec Robert Lepage, il y a longtemps que les foules se pressent dans les nombreuses salles de la métropole pour assister à des spectacles dramatiques. Le théâtre anglophone a aussi connu ses heures de gloire, notamment dans la communauté yiddishophone de la «Lower Main».

André-G. Bourassa, Les nuits de la « Main » : cent ans de spectacles sur le boulevard Saint-Laurent (1891-1991), Montréal, VLB, 1993, 361 p., (« Études québécoises ; 30 »).

Jean-Marc Larrue, Le monument inattendu : le Monument-National de Montréal, 1893-1993, LaSalle, Québec, Hurtubise HMH, 1993, 322 p., (« Cahiers du Québec. Collection Histoire »).

Jean-Marc Larrue, « La scénographie professionnelle au Québec (1870-1990) ou la quête historique d’un pouvoir et d'une reconnaissance », L’Annuaire théâtral, 1992, p. 103‑136.

Jamais les scénographes du Québec — appelons-les ainsi par commodité — n'ont autant fait parler d'eux! Ils sont partout et s'affirment avec toute la vigueur de ceux qui sont convaincus du bien fondé de leur cause et qui réclament enfin leur dû. Qui pourrait, qui oserait les en blâmer? D'expositions en colloques, d'émissions radiophoniques en numéros de revues spécialisées, ils imposent, individuellement ou par le biais de leur Association (des professionnels des arts de la scène du Québec), une nouvelle donne au monde du théâtre québécois dont ils constituent désormais l'une des forces majeures. [...]

Log in