Edit lead

We are living in a digital world, a world that is produced by writing. We derive our identity from writing – from personal profiles, data entered into databases, lines of code. Every one of our actions is in some way based upon writing, from clicking to buying a book or planning a trip. The objects surrounding us are the results of processes of writing. The Canada Research Chair on Digital Textualities offers new interpretation and insight on the writing that has become part of our world. This website provides further information about the Chair's projects, member publications, and theoretical concepts used in research.

/en

Publications

Add an article

Jean-Marc Larrue, « “L’affaire Tartuffe, or the Garrison Officers Rehearse Molière” », Jeu, 1990, p. 160‑163.

C'est au début de l'été 1694 que le gouverneur Frontenac décide de produire Tartuffe, la célèbre comédie de Molière, au château Saint-Louis de Québec. Frontenac savait que cette pièce ne pouvait que déplaire à l'évèque du temps, Mgr de Saint-Vallier, qui, animé d'un zèle ardent, avait décidé de mettre au pas cette colonie qui lui semblait avoir des moeurs bien libérales. [...]

Jean-Marc Larrue, « Compte rendu. “Le Burlesque québécois et américain” de Chantal Hébert », Revue d’histoire de l'Amérique française, vol. 43 / 2, 1989, p. 267‑268.

En 1981, Chantal Hébert consacrait un premier ouvrage au théâtre burlesque du Québec. Il s'agissait d'une version modifiée de son mémoire de maîtrise. Elle y révélait l'apport et l'importance du burlesque dans l'histoire théâtrale locale. Dans Le Burlesque québécois et américain, que viennent de publier les Presses de l'Université Laval et qui est sa thèse de doctorat, Chantai Hébert nous entraîne dans la dramaturgie burlesque en nous proposant une analyse comparée d'oeuvres québécoises et américaines caractéristiques de ce genre populaire. [...]

Jean-Marc Larrue, « Le théâtre expérimental et la fin de l’unique », Jeu, 1989, p. 64‑72.

Bien sûr le théâtre est toujours expérimental, même le théâtre le plus conventionnel, le plus bourgeois, le plus reproducteur. Il est toujours expérimental car il y a toujours, au théâtre comme dans tous les autres arts de création ou de reprise, une forme minimale d'expérimentation. Il ne faut donc pas entendre expérimental au sens strict du dictionnaire, il ne faut surtout pas séparer l'épithète de son substantif. Si tout le théâtre est, à divers degrés, expérimental, ce qu'il est convenu d'appeler le «théâtre expérimental» — pour éviter toute confusion, il vaudrait mieux écrire «Théâtre Expérimental» — recouvre une pratique relativement circonscrite dans le temps. [...]

Jean-Marc Larrue, « “Il faut tuer Broadway” : création du Her Majesty’s Theatre et des Soirées de famille du Monument National », L’Annuaire théâtral, 1988, p. 47‑80.

En novembre 1898, Montréal vécut successivement trois événements majeurs qui allaient bouleverser sa vie théâtrale. Ce sont, le 7 novembre, l'inauguration du prestigieux Her Majesty's Theatre de la rue Guy — juste au nord de Sainte-Catherine —; puis, le 15, la première représentation publique des Soirées de famille au Monument National; enfin, le 21, l'ouverture du Théâtre des Variétés qui, malgré sa brève existence, revêt une importance historique considérable. [...]

Jean-Marc Larrue, « Mémoire et appropriation : essai sur la mémoire théâtrale au Québec », L’Annuaire théâtral, 1988, p. 61‑72.

S'il est un thème omniprésent (je dirais volontiers obsessionnel) dans l'histoire théâtrale du Québec, c'est bien celui de l'appropriation et, plus globalement, de la propriété. Cette obsession n'est en fait qu'une quête vitale, la quête de l'identité. Dans l'histoire de notre théâtre, quête de l'identité et appropriation vont nécessairement de pair, car le théâtre d'ici fut d'abord un théâtre d'ailleurs: de Paris, de Londres, de Broadway. [...]

Jean-Marc Larrue, L’institution littéraire et l'activité théâtrale : le cas de Montréal, 1880-1914, Montréal, Département d’études françaises, Centre de documentation des études québécoises, Université de Montréal, 1988, 46 p., (« Rapports de recherche (Université de Montréal. Centre de documentation des études québécoises) 4 »;).

Jean-Marc Larrue, « Les véritables débuts de la revue québécoise », L’Annuaire théâtral, 1987, p. 39‑70.

L'étonnante prospérité du théâtre d'expression française à Montréal au début du XXe sicle tient à divers facteurs que nous avons tenté de cerner dans une étude à paraître. Tant dans le domaine de l'interprétation et de la scénographie que dans celui de la critique et de la réception critique, l'activité théâtrale connaît alors à Montréal l'une des plus glorieuses et des plus dynamiques périodes de son histoire. [...]

Log in