Michael E. Sinatra

Edit lead

I am Professor of English at the University of Montreal. Trained as a Romanticist at Oxford and a specialist of Leigh Hunt, I have been involved in electronic publications and digital humanities for twenty years. I am the founding editor of the SSHRC-funded electronic peer-reviewed journal, Romanticism on the Net (founded in 1996 in Oxford and hosted on the Érudit platform since 2002), which expanded into the Victorian period in 2007 and changed its name to Romanticism and Victorianism on the Net (RaVoN). With Marcello Vitali-Rosati, I launched an innovative publication series entitled “Parcours numériques” in the spring of 2014, which includes our volume Manuel des pratiques de l’édition numérique. I am also the team leader of the “Groupe de recherche sur les éditions critiques en contexte numérique“.

michael.eberle.sinatra@umontreal.ca

/en/Team/Michael-E-Sinatra-

Books

Articles

Book chapters

Publications

Add an articleEDIT

Dominic Forest et Michael E. Sinatra, « Lire à l’ère du numérique Le nénuphar et l’araignée de Claire Legendre », Sens Public, décembre 2016.

Cet article se veut exploratoire en deux temps : une piste de réflexion sur l’impact du numérique sur les sciences humaines, et une lecture de l’essai Le nénuphar et l’araignée de Claire Legendre, publié le 4 février 2015 chez Les Allusifs. Notre hypothèse est qu’il est nécessaire de jeter les bases d’une théorie et d’une pensée du numérique, comme de poursuivre et de favoriser l’implémentation de nouveaux outils de recherche conçus par et pour les humanités, en lien direct avec les questions d’édition, de diffusion, d’encodage, de fouille, de curation, ou encore de visualisation et de représentation des données textuelles, sonores et visuelles. Cet article propose ainsi une première piste d’exploration de l’usage de ces nouvelles possibilités pour la littérature québécoise.

EDIT EDIT EDIT EDIT EDIT EDIT EDIT EDIT EDIT

Michael E. Sinatra et Stéfan Sinclair, « Repenser le numérique au 21ème siècle », Sens Public, février 2015.

Le constat duquel part notre idée de colloque est très simple : tout le monde s’accorde à dire que la réflexion sur le numérique est une priorité, mais l’on est encore loin d’avoir une définition précise des méthodes pour développer cette dernière, des œuvres et des auteurs à considérer comme référents dans ce domaine et d’un langage qui puisse être partagé par la communauté des chercheurs et compris par le grand public. L’analyse du monde numérique doit donc être en premier lieu une réflexion sur la culture numérique et non seulement sur les outils. Pareillement, avec le changement des supports, des modalités de publication, des mécanismes de visibilité, d’accessibilité et de circulation des contenus, c’est l’ensemble de notre rapport au savoir qui se trouve remis en question. Il est nécessaire de mettre en place une recherche qui puisse avoir une fonction structurante dans le développement d’une théorie et d’une pensée du numérique mais aussi dans l’implémentation de nouveaux outils de recherche et de visualisation conçus pour les humanités. Le numérique touche désormais l’ensemble de notre vie. Nous vivons dans une société numérique et dans une culture numérique. Les transformations qui ont engendré ce monde numérique se sont produites très rapidement et n’ont pas laissé le temps de développer une réflexion structurée capable de les comprendre. Il est impératif de créer au plus vite des repères théoriques permettant de situer notre culture numérique par rapport à notre vision du monde et aux catégories conceptuelles qui ont structuré nos valeurs, nos traditions et notre imaginaire.

Log in